Le vermifuge
Encore une question de bon sens

La lourde question des vermifuges… Chacun y vas de son avis et de ses peurs et même les vétérinaires entre eux ne sont pas d’accord…

Nous avons tous entendu :

  • On est à telle saison donc c’est tel vermifuge pour tel vers…
  • Il faut tous les vermifuger en même temps si non ils vont se ré-infester entre eux..
  • Celui-ci n’arrive pas à reprendre du poids il doit être farci de vers…

C’est une vérité, mais encore une fois on va voir que le bon sens sera plus efficace.

Dans le meilleurs des monde votre cheval vit au près (n’est ce pas ???) ou est au moins sorti la journée et vit avec des copains (oui les liens sociaux vous savez ??!!), bref, et dans toute cette biodiversité nous avons des parasites qui viennent se loger dans le bidou (on ne rentre pas dans les détails du système digestif, estomac, intestin grêle etc…) de votre cheval. Horreur !!!

N°1 je suis propriétaire je regarde à quelle saison on est et hop, le vermifuge qui va bien ! Puis comme il vit avec d’autres, on va faire les autres !…

Mais… Le copain lui n’arrive pas à reprendre de poids pourtant il a été vermifugé… Mais alors pourquoi ???

Voilà notre bon sens qui aurait du faire tilt dès le départ : Avons-nous fait le bon vermifuge pour ce cheval ? Bah oui c’est la saison ! Et donc on repose la question ! N’a-t-il pas d’autres vers que celui pour lequel on l’a traité ???

Ok mais comment peut-on le savoir ? En faisant faire une coprologie !

C’est quoi cette bête ? C’est tout simplement une analyse de crottin. Il vous suffit de ramasser une ou deux boulettes (ouai c’est pas terrible mais obligatoire) de la mettre dans un contenant type sac de congélation et de l’amener au laboratoire (spécialisé chevaux, n’allez pas au labo du coin) ou chez votre vétérinaire en demandant une analyse quantitative et qualitative.

Et donc par logique imparable quand les résultats tombent, vous vermifugez en conséquence.

 Et la suite repose aussi sur du bon sens ! Vous avez vermifugé pour ce type de vers qui est dans son « bidou » ! Sans taper à coté et vermifuger pour rien. Ok ! Ouf il devrait reprendre du poids.

Mais !

Savez vous qu’en vermifugeant vous enlevez les petites bêtes mais pas que… ?? Vous détruisez également la flore intestinale !!! Et ce n’est pas une petite affaire puisqu’elle est responsable de la digestibilité des fibres (foin, herbe… juste pour rappel… le cheval est un herbivore !!). Elle joue un rôle primordial dans le processus de digestion et d’assimilation. ET pour info une flore intestinale mets 6 mois à se refaire, il est donc impératif de l’aider à refaire une flore pour qu’il ai une bonne digestion et éventuellement une reprise de poids. Même si il n’y a plus de vers, c’est peut-être un problème de flore pour qu’il assimile la fibre. Je vous laisse faire le calcul de la qualité de la flore intestinale de votre cheval avec « juste » 2 vermifuges par an… ! Et oui !!! 

Question flore, sachez également qu’elle est responsable de la bonne immunité de votre cheval. Si vous voulez éviter qu’il choppe tout et n’importe quoi pensez à préserver sa flore, soit en l’aidant à la reconstituer rapidement soit évitant de la détruire pour rien (hein !).  

Et question vers : imaginez vous être un vers, rentrer dans le système digestif et trouver une paroi intestinal absolument propre pour s’y accrocher… Complètement dépourvu de soldats armés (flore) pour vous déloger. Bah vous allez vous y plaire, vous développer et vous reproduire sans que personne ne vous en empêche ! Ah si, le vermifuge suivant… Oui et non ! Comme vous serez devenu beau et fort, VOUS aurez développé de magnifiques défenses immunitaires et une super maison fortifié qui viendront contrer ce vermifuge.  Et « patatra » ! On arrive dans le cercle vicieux du vermifuge qu’il faut refaire car les vers sont trop accrochés.

Ça y est, ca commence à être logique ?

Ok vous avez compris le principe, le vermifuge oui mais raisonné. Quand il le faut et indépendamment de chaque cheval qui pourtant vive ensemble.

Pourquoi ? Chaque cheval à ses propres défenses immunitaires et les vers ne se développent pas de la même manière et pas à la même vitesse dans les tubes digestifs. Si un cheval a besoin ce n’est pas dit que son copain en a besoin aussi et inversement.

Par expérience, moi aussi j’ai eu fait les 2 ou 4 vermifuges symboliques par an, résultats le cheval qui à été beaucoup vermifugés doit l’être plus que les autres. Et oui, par méconnaissance, j’ai « flingué » les petits soldats qui défendaient mon cheval. Alors aujourd’hui je l’aide à refaire une armée mais petit à petit en surveillant (coprologies régulières) et en complémentant de pré et pro biotique (les 2 vont ensemble) RAISONNE.

Quant aux régulateurs de vers, comme le nom l’indique, ce n’est pas un vermifuge, il s’agit d’un mélange de plantes que le cheval pourrait trouver dans la nature qui va l’aider à combattre les vers naturellement et renforcer les défenses immunitaires ! Très intéressant pour un cheval qui est peu infesté, on aide à se débarrasser des bestioles sans toucher la flore ! Et ensuite on contrôle et on surveille !

Vous l’aurez compris : le vermifuge, c’est pas automatique !

Ah mince ça ne rythme pas bien comme à la télé… ! Mais c’est tout aussi efficace !

Ah et si je mets un peu en relation avec la médecine chinoise… :

Un désordre des intestins peut nous conduire à des pathologies dont on n’irait pas soupçonner cette cause là.

Colique, problème de peau, problèmes respiratoire, problèmes d’épaules, défenses immunitaires faibles  (rhume, toux…), problème de comportement…

La liste est longue est non exhaustive…

A vos coprologies !

Share Button